Catégorie : AUTO-RÉPARATION

Separator
Asterisk 8 CLÉS POUR CHANGER DES PENSÉES NÉGATIVES EN POSITIVES
20/01/2021 bonheurAdmin in AUTO-RÉPARATION / No comments
STOP AUX PENSEES NEGATIVES

Notre cerveau fonctionne avec des impulsions électriques. Ces dernières sont à l’origine de la formation des pensées. Bon, nous sommes bien avancés avec cette info technique! Seulement, nous cherchons des solutions et non des explications…

 

  • QU’EST CE QU’UNE PENSÉE NÉGATIVE ?

C’est une idée qui, au lieu de nous être favorable et nous apporter du bon, va nous limiter dans nos actions. Elle pourrait générer de la peur, de la tristesse, du jugement, du contrôle, changer notre rapport au temps, aux autres, installer de la colère… Du genre :

  • Je suis trop nulle.
  • Je n’y arriverai jamais.
  • Il est plus fort que moi.
  • Je n’aurai jamais le temps.
  • Je resterai toujours dans ce nid de vipères.
  • Je suis comme ma famille, je vais mourir avant mes 45 ans.
  • Je dois me contrôler pour que l’on ne me critique pas.
  • Je suis gourmande.
  • Cette expérience m’a marqué à tout jamais.
  • Ce n’est pas à mon âge que je vais changer.
  • Je dois être parfaite.
  • C’est de sa faute si je suis comme cela.

En d’autres termes, nous empêcher de vivre librement.

  • QUI DE L’OEUF OU LA POULE EST ARRIVÉ EN PREMIER? 

Plutôt que de prendre le problème d’un point de vue scientifique, nous allons l’observer d’un point de vue “humain”. Notre cerveau crée des pensées par millions à chaque instant de notre vie. Dès qu’une information accède jusqu’à lui, il la traite et en fait une pensée. Notre environnement, à travers nos 5 sens, en est une des sources principales. Notre corps réceptionne l’information par l’ouïe, la vue, le toucher, le goût et l’odorat, ainsi que par son circuit interne de nerfs et par nos émotions. La recherche scientifique étudie “qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier”. Donc difficile de dire quelle est la première étape de ce processus. 

Ensuite, il l’étudie pour la comparer et alimenter si besoin sa base de données. Cela devient une sorte de catalogue, d’encyclopédie de milliards d’idées.

 

  • D’OÙ VIENNENT NOS PENSÉES NÉGATIVES ?

Lorsque notre cerveau accède à ce stimulus interne ou externe, il va chercher une référence du passé dans le catalogue. Ensuite, il établit une similitude avec ce qu’il a trouvé et en fait une généralité. C’est là, le hic. Cette encyclopédie de références s’est construite depuis notre plus jeune âge. Elle se base sur des expériences émotionnelles, des apprentissages pratiques et théoriques, une modélisation des idées préconçues de la famille, des amis, des enseignants, des voisins, collègues de travail… Et malheureusement, ce recueil manque parfois d’objectivité ! 

Par exemple, si notre environnement était négatif, alors notre cerveau apprendra à penser négativement.

 

  • Vous avez été violenté, alors la croyance que le monde est dangereux va s’installer dans votre système de pensée.
  • Vous avez perdu un proche par la maladie. Votre attention va s’orienter plus particulièrement sur votre état de santé, celui de vos proches. Pouvant amener à devenir hypocondriaque. Et peut-être, aller jusqu’à travailler dans le milieu médical.
  • L’un de vos parents, vous serinait tout le temps, pour vous pousser dans l’effort en vous faisant peur : “Tu n’arriveras jamais à rien, tu es trop nulle.” En grandissant, que va dire votre cerveau devant certaines difficultés de la vie ?
  • Les patrons sont tous des profiteurs”, difficile avec ce jugement de valeur de se lancer dans l’entreprenariat. 
  • A contrario, “Pense à ta retraite en faisant tes choix professionnels“, mène tout droit au fonctionnariat.

 

Les exemples pourraient être infinis. J’imagine que vous avez saisi le principe que c’est à cette étape que naissent les “bugs” créant ces pensées négatives. 

 

  • REPROGRAMMER LA PETITE VOIX DANS SA TÊTE

Pour résumer: les pensées négatives sont un conditionnement, une programmation de notre cerveau. Changer ce système va passer par identifier la pensée en question. 

Pour cela, nous allons utiliser un concept qui s’appelle “la conscience de soi”. C’est la faculté de se regarder dans un miroir et de savoir qu’il s’agit de soi. Cette capacité permet de s’observer de l’extérieur de son corps. Comme si vous preniez un morceau de chocolat dans le tiroir de votre bureau, vous vous observez le mettre dans votre bouche, alors que vous voulez maigrir.  À cet instant, nous devenons deux personnes. Non, rassurez-vous vous n’êtes pas schizophrènes!

L’intérêt de ce mécanisme naturel est de nous permettre d’identifier cette pensée dite “limitante”, nommée ainsi,car elle nous fait faire des choses différement de ce que nous voudrions.

 

  • LE PROCESSUS POUR TRANSFORMER SA PENSÉE NÉGATIVE EN VERSION POSITIVE:

 

  1. Identifier la pensée,
  2. La relier, si possible à un ressenti ou à une émotion,
  3. Mettre un nom dessus : tristesse, peur, injustice, colère, fatigue…
  4. Observer ce qu’elle exprime en se posant la question : “Pourquoi est-ce que je ressens/ pense cela?”,
  5. Prendre du recul face à cette émotion/ ce jugement de valeur en mettant de l’objectivité dans notre jugement de qui a généré cette situation,
  6. Relativiser ce qu’il se passe, en mettant à jour le jugement de valeur,
  7. Se répéter la phrase comme un mantra, jusqu’à y croire.
  8. Une nouvelle vérité vient remplacer la pensée négative. 

 

Concrètement : L’exemple précédent avec le chocolat, illustre exactement le lien entre la pensée (J’en veux, j’ai faim..), l’émotion (recherche de plaisir, de réconfort…) et le comportement (mettre en bouche). En observant, la situation de l’extérieur de soi, j’identifie que mon chef vient de jeter un coup d’œil par la porte du bureau. La crainte d’une critique, de ne pas tenir les délais… pointe le bout de son nez. Et voilà la pensée négative qui s’installe : “j’ai peur de rendre ce dossier en retard”. Je prends du recul et je relativise :

“Je fais du mieux que je peux avec la masse de travail à faire.”

 

  • L’INDISPENSABLE SECRET

Pour réussir à modifier ses pensées, il est, à mon sens, nécessaire de prendre du temps pour se centrer sur soi. Ramener son être dans son corps. Ne faire plus qu’un avec soi-même.  Faire une pause. Comme si nous attendions le bus ou que nous soyons bloqués avec une sciatique :), enfin peu importe, le tout étant de : REVENIR AU PRÉSENT, À MAINTENANT.

 

Continue reading
Asterisk LA MALADIE D’HASHIMOTO
05/04/2020 bonheurAdmin in AUTO-RÉPARATION / No comments

En octobre 2018, j’ai 25 ans. Lors d’un examen médical, mon médecin généraliste me découvre des nodules sur la thyroïde. Il demande alors des examens complémentaires afin de confirmer ses inquiétudes. La prise de sang démontre que mes anticorps anti-thyroperoxydase sont à 395,70 UI/ml alors qu’ils devraient être inférieurs à 5,61.Nouveau rendez-vous avec mon médecin généraliste, il m’annonce son diagnostic : Je suis atteinte de la maladie auto-immune d’Hashimoto. Il m’explique en quelques mots que c’est une maladie autodestructrice. Mes anticorps détruisent chaque jour un peu plus ma thyroïde. Dans quelques mois, elle aura intégralement disparue. Et des symptômes apparaîtront alors : très grande fatigue généralisée, frissons, fièvre, prise de poids, sautes d’humeur, etc.

Il faudra peut-être opérer pour la retirer et avoir un soutien médicamenteux, jusqu’à la fin de ma vie !

Mon médecin ne pouvant me donner les raisons de cette maladie, je décide de prendre rendez-vous avec Marie-Laure pour une séance d’hypnose. Je suis en colère et ne comprends pas pourquoi je souffre de cette maladie : je suis jeune, en bonne santé, je ne bois pas d’alcool, ne fume pas et suis attentive à ma santé. Je trouve cela injuste. Je consulte Marie-Laure à ce sujet quelques jours plus tard. Sous hypnose, elle m’explique que ma maladie est en lien avec mon histoire personnelle et des évènements marquants de mon enfance.  

En mai 2019, je demande une nouvelle prise de sang à mon médecin. Les anticorps anti-thyroperoxydase sont à 125 UI/ml. En décembre 2019, ils ne sont plus qu’à 60 UI/ml.

La médecine générale n’a aucune explication à cette chute brutale de mes anticorps. Il m’est expliqué que les taux peuvent être variables, sauf que les miens n’augmentent pas. Une seule séance d’hypnose a été nécessaire pour provoquer de tels résultats encourageants ! Je ne peux qu’encourager les personnes qui, comme moi, souffrent de maladie auto-immunes à s’orienter vers les bienfaits de l’hypnose pour se soigner, sans subir l’obligation de suivre un traitement médicamenteux à vie !

Alors n’hésitez plus, cela en vaut vraiment la peine !

Un grand merci à Marie-Laure pour la qualité de son travail, ses compétences et connaissances qu’elle met au service de l’autre. Son soutien m’est précieux.

Romane, 26 ans.  

Continue reading